menu Menu
OGL. Riton meilleur limier que Gilbert.
Par Priss Publié dans OGL sur 23 décembre 2021 Un commentaire 6 minutes de lecture
OGL. Journée de merde. Précédent OGL. Retrouvailles. Suivant

OGL. Riton meilleur limier que Gilbert.

Chapitre six

Le soir tombe chez Gilbert Labarthe. Posé près du fauteuil, son mobile se fait entendre alors que THE midinette sort de l’eau en bikini blanc. Son passage préféré. Gilbert est exaspéré. Il ne répond pas, ne regarde même pas le téléphone. Rien qu’à la sonnerie criarde, il devine qui est l’oiseau ou plutôt l’oiselle de mauvais augure qui ose le déranger. À la vingtième tentative, il envoie rageusement l’engin contre le mur. Une demi-heure plus tard, des coups résonnent à la porte extérieure qui donne sur la véranda.

— Salopard ouvre !

Stéphanie est prête à défoncer le battant en bois. 

— Non !

— Espèce de tueur ! Riton est chez le véto.

— Tant mieux, ça fait mille fois que je conseille à José de le faire piquer, il s’est enfin décidé ?

— Ouvre ou j’appelle ta mère !

Gilbert a des sueurs. Le redoutable inspecteur perd soudain de sa superbe en entendant parler de sa petite maman chérie. Quand même, elle n’oserait pas ?

— Si, j’oserais !

Cette manie qu’elle a de deviner ses pensées ! Gilbert lève son derrière de son fauteuil moelleux et vient se planter devant la porte.

— Qu’est-ce que tu veux que je fasse pour ton sale cabot ?

— Tu vas payer la facture.

Gilbert ne comprend pas. La facture ? Pour le faire piquer ? L’inspecteur n’aurait pas cru que ce jour arriverait enfin.

— Hein ? De quoi, tu parles ? Pas question de débourser quoi que ce soit pour ce chien puant.

— Et tu feras des excuses à Riton !

— JAMAIS !

Gilbert aime bien Stéphanie, mais là elle exagère comme tous les humains de son genre d’ailleurs. Toutes des hystériques quand elles s’y mettent. À ce moment-là, la sonnerie du téléphone de la maison retentit à son tour. Gilbert se fige en entendant les premières notes des Walkyries, morceau qu’il a spécialement choisi pour sa mère. Elle a osé ! Gilbert fixe l’appareil, ouvre la porte puis décide d’aller répondre. Il décroche. D’une voix de petit garçon, l’inspecteur parle à sa maman qui lui passe un savon maison ! Gilbert se recroqueville sur lui-même. Lorsque sa môman raccroche, il se décide à déverrouiller sa serrure. L’air goguenard de Stéphanie quand elle franchit le seuil le fait bouillir. Elle le nargue :

— Ça y est ? Tu as fini ta crise ?

— Quoi ? Ce n’est pas moi qui débarque ici en gueulant comme une hystérique.

— Notre chien est en état de choc à cause de toi ! En plus, tu m’insultes ?

Gilbert ne relève pas. Toutes les mêmes ces bonnes femmes, décidément.

— Tu as brutalisé Riton alors qu’il t’adore.

Gilbert se souvient enfin de son geste. Sur le moment, il y avait même pris un certain plaisir. En tout cas, ça l’avait bien défoulé, sauf qu’il ne l’avouera jamais à Stéphanie.

— « Brutalisé » ? Un coup de pied ? Tu rigoles ?

— Ce n’est pas drôle non. Il s’est enfui dans la forêt à cause de toi et on a eu un mal fou à le retrouver. 

— Ah, vous y êtes arrivés. Dommage.

Cette fois, Gilbert est allé trop loin. Stéphanie se met à hurler :

— Espèce de sale connard imbu de toi même, il était couvert de sang et tremblait comme une feuille. Tu te débrouilleras donc avec ton putain de nez et ton enquête ! Ne compte plus sur nous.

— Du sang ?

Le nez de Gilbert l’alerte :

— Attend, attend, qu’est-ce qu’il a Riton ?

— Il n’a rien apparemment, mais tu lui as fait tellement peur qu’il en frissonne encore. 

Gilbert insiste :

— Du sang ?

— Oui, du sang.

— Il n’a pas été blessé ?

— Non.

Gilbert a oublié le chien, la colère de Stéphanie et tout le reste. Il se concentre sur son enquête. Quelque chose a échappé à son nez.

— Quoi ? Qu’est-ce qu’il a pu dégoter que j’ai raté, s’agace-t-il d’être moins fort que cette bestiole puante. Où était-ce ?

— Bin, voyons. Non c’est trop facile. Tu viendras t’excuser auprès de Riton, de mon mari et peut-être que je te tuyauterai. En attendant, adieu OSS de mes fesses.

Elle balance un de ses romans à la couverture au goût douteux qui traîne par-là, et se barre en claquant la porte. Gilbert s’aperçoit qu’il transpire à grosses gouttes. Maintenant que l’orage est passé, il va pouvoir finir de regarder son film en paix. Il décide de s’offrir une un kir comme récompense d’avoir affronté les deux femmes les plus gueulardes des Landes. Une paire d’heures plus tard, quand l’inspecteur se couche, Gilbert se rappelle les paroles de Stéphanie. Qu’est-ce que ce Riton a trouvé ? Il n’avait rien, mais était revenu les poils ensanglantés. À contrecœur, Gilbert en conclut une seule chose :

— Il va falloir aller m’excuser auprès de ce maudit chien et de son maître, si je veux en savoir plus.

Il s’enroule dans sa couverture en grommelant puis éteint la lumière. Le pire sera d’affronter Stéphanie. Quelle belle journée de merde en perspective pour Gilbert Labarthe !

(à suivre)

©Priss


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up