menu Menu
Bye-Bye Car, chapitre vingt-neuf 
Par Priss Publié dans Histoires Jeunesse sur 27 juin 2020 Un commentaire 4 minutes de lecture
Les Brigades du Steam Précédent Bye-Bye Car, chapitre vingt-huit  Suivant

Chapitre vingt-neuf, l’histoire de la Grande Sombre. Pour relire le vingt-huit, c’est ici

Bye-Bye Car, chapitre vingt-neuf

BarJ est poussé sous une des deux cloches, tandis que la Grande Sombre vient se placer sous l’autre. Puis, elle commence quelques explications à son intention.

— Tu vois, petit Enchanté, j’ai trouvé de quoi faire payer à ton Élue mon bannissement. Ça m’a pris quelques cycles de vie pour récupérer des Enchantements. J’ai consulté des savants ou des sages de bien des mondes avant de m’apercevoir que la solution était ici.

BarJ commence à avoir un peu chaud sous sa cloche, il voudrait qu’elle finisse son discours inutile. En effet, notre Enchanté a bien compris qu’elle allait lui aspirer ses Enchantements avec la machine. Malheureusement, une fois que les personnes qui aiment s’écouter parler sont lancées, il ne reste plus grand-chose pour les arrêter… Bref, la Grande Sombre continue de blablater :

— Chaque créature de notre monde possède en elle de l’Enchantement. C’est ce qui fait notre force vitale. Donc j’ai conçu cette machine. Les Fagottins m’ont toujours préféré à l’Élue si parfaite, si gentille, si intègre. Il a été facile de tromper le roi et de convertir les autres. Vous n’avez rien vu lorsque nous avons testé la machine sur les Gnomes. Qu’est-ce que j’ai pu rire de votre stupidité !

BarJ sait très bien qu’il n’a rien remarqué, il s’en veut déjà assez comme ça. Qu’elle est agaçante ! Et bavarde ! Rien d’étonnant à ce que l’Enchantée Elue ait voulu l’évincer, pense-t-il. Un sourire ironique éclaire son visage. Malgré la situation, il ne peut pas s’empêcher de la défier :

— Cette machine merveilleuse fonctionne, ou bien tu comptes me faire mourir d’ennui avec ton discours ?

— À ta place, je ne serais pas aussi pressé…gardien !

À ces mots, un Fagottin de Garde baisse le levier. L’Enchanté s’affaiblit, ses jambes s’affaissent, ses yeux se ferment. Autour de lui, la cloche devient floue, les parois ondulent. Les petits deviennent grands, les grands sont petits. Des taches lumineuses l’éblouissent. Ses forces fondent comme une glace en été, coulent hors de son corps. Comme ses jambes ne peuvent plus le supporter, il s’écroule.

Dans la deuxième cloche, la Grande Sombre exulte au fur et à mesure qu’elle absorbe les Enchantements de BarJ. Quelle puissance, emmagasinée si rapidement ! Les Gnomes ne lui suffisaient plus. Quel bonheur de retrouver presque toute sa force d’avant ! Revigorée par cet afflux d’énergie, elle quitte sa cloche. Passant devant le tas tout mou qu’est devenu BarJ, ses lèvres s’étirent en un mince sourire.

— Un de moins, se dit-elle pour elle même

Le gardien Fagottin tire BarJ de sa cage. Le poids de l’Enchanté le fait souffler, alors il hurle :

— Troll-de-Fosse !

Le Troll se présente devant lui puis attrape l’Enchanté pour le balancer une fois encore dans la fosse. A cause de la chute brutale sur le sol dur de la prison, BarJ inconscient s’envole dans des rêves sombres. Les autres prisonniers se rassemblent autour de lui. Le Gnome cracheur hausse les épaules :

— Il n’y a rien de bien à attendre de ces incompétents.

Dans son recoin, le gnome malade se réveille enfin en demandant à parler avec BarJ. Le gnome cracheur lui rétorque avec dédain :

— Il est là ton Enchanté, sous la grille, on dirait un tas de chiffons inutiles.

Se traînant hors de son refuge, le gnome se rapproche difficilement, et chuchote dans le silence de la prison :

— Ne t’inquiète pas, je te les garde bien au chaud jusqu’à ce que tu les récupères.

Puis, il retourne dans son coin se rendormir. BarJ sombre un plus loin dans son inconscient.

(à suivre)

©Priss

Bye-Bye car jeunesse roman


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up