menu Menu
Bye-Bye Car, chapitre vingt-cinq 
Par Priss Publié dans Histoires Jeunesse sur 13 juin 2020 Un commentaire 8 minutes de lecture
Bye-Bye Car, chapitre vingt-six  Précédent Bye-Bye Car, chapitre vingt-quatre  Suivant

Chapitre vingt- quatre rempli de champs de Fleurs à Baba. Pour relire le vingt-quatre, c’est ici

Bye-Bye Car, chapitre vingt-cinq

Bien calé dans les Fleurs à Baba de la charrette, BarJ ne sent pas les chaos du chemin. Parfois le voyage est interrompu à cause du trafic dans la ville fagottine alors il entend pester les soldats de la patrouille. Lorsque le véhicule s’arrête pour de bon, la patrouille s’éloigne. BarJ risque un œil dehors. Il n’en revient pas : des centaines de charrettes semblables à celle dans laquelle il s’est caché, attendent d’être déchargées par des Trolls aux mines sinistres. Toutes sont parfaitement alignées dans un hangar immense aux poutrelles métalliques rouillées. D’autres Trolls remplissent des grands sacs avec les fleurs déchargées. Des montagnes de ces ballots se dressent un peu partout. Des Fagottins derrière un guichet assurent la vente et la distribution des stocks avec une grande rigueur. Les fournisseurs de Fleurs à Baba viennent s’approvisionner ici. Ils patientent dans une queue si longue qu’on n’en voit pas la fin. Tous patientent tranquillement sous la surveillance de Trolls de Gardes. Parmi eux, toutes les créatures sont représentées. Il aperçoit même les écureuils dont parlait l’Enchantée Elue. Ceux qui réclament plus de Fleurs ou des prix plus bas sont jetés dehors à coups de pieds aux fesses ou pire.

Les Fleurs à Baba ont envahi presque tous les mondes connus sans que les Enchantés ne s’en rendent compte, conclut BarJ.

Malgré cette conclusion consternante, BarJ est satisfait, le plan du peintre a fonctionné car il se trouve sûrement dans le palais. Il descend du véhicule improvisé et fait un geste pour crever sa bulle de protection avant de changer d’avis. Avec toutes ces fleurs par ici, mieux vaut la garder le temps de s’en éloigner. On ne sait jamais, les tissus des ballots peuvent se déchirer, et il n’a pas envie de ressentir d’effets inattendus. Il se souvient parfaitement du moment de folie de l’Enchantée Elue. En silence, il se met à chercher la sortie de la réserve vers les autres salles du palais. (Je te rappelle qu’il est toujours invisible). Une grande porte verte d’où rentrent et sortent des Fagottins se dresse dans le fond. Hélas, elle est gardée par deux Trolls au regard vide qui mâchouillent en bavant un liquide rose teinté de noir. L’Enchanté ne peut s’empêcher de s’exclamer, ironique :

— Ce n’est pas très sérieux tout ça…garder une porte tout en rêvassant grâce à des Fleurs à Baba.

Un des gardes trolls semble réagir :

— Qu’as-tu dit, Troll de Girolles ?

— MMMMhhh, répond l’intéressé tout en continuant de baver rose et noir.

BarJ se fige. Voici donc le beau-frère du voisin de Pakar! Malheureusement, il ne peut pas lui parler, ni lui proposer de l’emmener au refuge : il faudrait d’abord le désintoxiquer ! Mais comment faire ? Il manque de temps pour y réfléchir maintenant, et puis sa priorité est la Grande Sombre.

Toujours invisible, BarJ se glisse dans l’ouverture de la porte, file par un escalier de métal noir qui s’enroule vers le haut. Ses pas se font léger, il préfère éviter de se faire repérer par les gardes ou les Fagottins du palais qui croisent sa route. Il espère pouvoir localiser rapidement la Grande Sombre mais après plusieurs étages fouillés sans succès, il se dit que le mieux serait de la pister à l’odeur. Il crève donc la bulle de protection (tu sais, son casque de cosmonaute). Mais les émanations de l’usine lui collent à la gorge et lui donne envie de vomir. Ce parfum de moisi, de rance réunis avec une teinte d’huile de moteur de camions ainsi qu’un soupçon de…caramel l’écoeure. Comment trouver la Grande Sombre dans cette puanteur ?

BarJ réfléchit. Tout ce qui a trait aux Enchantements sent le caramel, les Enchantés aussi même s’ils s’imaginent toujours qu’ils peuvent masquer leur parfum. La vérité c’est que leurs rassemblements donnent l’impression de se dérouler dans des magasins de bonbons ou dans une marmite de crème caramel tellement l’odeur est forte. Il doit embaumer lui aussi, ainsi que la Grande Sombre si elle est bien une Enchantée. Quel brillant raisonnement ! se dit-il Mais il n’y a pas de temps à perdre à s’auto-féliciter. BarJ sort donc un détecteur Gabontobon pour le lancer sur le sol. Seul le nez fin de ces bestioles rondes et poilues peuvent distinguer les différentes nuances. Et en effet le Gabontobon s’agite pendant un instant puis se dirige vers l’usine. Ses longs poils se dressent pour flotter dans le sens de l’odeur.

— Non pas par-là, trouve l’odeur de caramel de l’Enchantée.

La boule de poils se dirige alors vers lui puis s’arrête à ces pieds pour se mettre à chanter. BarJ lève les yeux au ciel :

— Mais non pas moi, un autre Enchanté ! Je sais parfaitement bien où je me trouve quand même.

La boule reprend donc ses recherches avec ses nouvelles instructions. BarJ avait oublié que l’intelligence des détecteurs Gabontobon est assez limitée. Toute consigne doit être soigneusement réfléchie afin d’éviter ce genre de malentendus. Bref, BarJ suit la boule qui roule à grande vitesse vers son objectif. Soudain, elle s’arrête et fait demi-tour pour revenir chanter aux pieds de BarJ qui ne comprend plus rien. La bestiole ne renifle que son odeur à lui…Comment est-ce possible ?

— Bon, allez n’importe quelle odeur caramélisante qui n’est pas moi alors !

La boule roule de plus belle, cette fois vers l’usine.

— C’était à prévoir marmonne BarJ.

Tous deux franchissent une passerelle qui y mène. BarJ se retrouve sur une hauteur du bâtiment, probablement un poste de surveillance. Il s’appuie sur une rambarde. En contrebas, il distingue deux cloches grises reliées entre elles par un serpentin métallique. Un grand levier mécanique complète le tout. Et là, là ! Tout près de cette installation étrange,  il voit une silhouette très haute et très noire : ce doit être la Grande Sombre… Avant de s’installer dans l’une des cloches, elle désigne, la deuxième en ordonnant  :

— Troll de Fosse, jette-moi ça !

Avec curiosité, BarJ regarde le Troll Celui-ci passe son gros bras dans la cloche en question d’où en tire un Gnome à chapeau rouge complètement flagada. Il ouvre ensuite une trappe massive dans le sol et y pousse le pauvre Gnome qui y tombe sans un mot de révolte.

En ricanant, un Fagottin ramène alors une Fagouline à poils longs et uniforme jaune, qui se trémousse comme un Ver-Chatouillé (nous on dirait plutôt un ver coupé mais dans le monde de BarJ personne ne s’amuse à couper les vers.). La Fagouline hurle de toutes ses forces, le Fagottin l’air énervé, lui colle sa main sur la bouche, puis l’installe sous la deuxième cloche.

— Qu’est ce qui se passe ici ? remarque tout haut l’Enchanté.

Comme pour répondre à sa question, le Fagottin abaisse le levier. Les cloches sonnent dans un ensemble assourdissant qui ne semble être entendu que par…BarJ.

— Mais enfin, que leur fait-elle ? Je dois m’approcher…

Il n’a pas le temps d’aller voir, la Grande Sombre est sortie comme une furie de sa cloche, avec dans sa main le Gabontobon tout content d’avoir atteint son objectif. BarJ se frappe le front : Mince, j’ai oublié de le rappeler !

Puis tout se passe rapidement : la Grande Sombre envoie voltiger la petite boule dans un coin où elle s’écrase, et souffle ensuite sur ses paumes. Un nuage de poussières grises se forme puis vole vers la cachette de l’Enchanté qui n’a pas le temps de l’esquiver. Trop tard, la poussière grise a effacé son invisibilité : BarJ est repéré ! La Grande Sombre pointe alors un doigt vers lui en criant :

— Un Enchanté ! Attrapez-le !

 BarJ essaye de s’échapper mais elle hurle un puissant sort d’immobilisation et notre héros se fige. Les gardes n’ont plus qu’à le capturer. Le Troll de la Fosse apparaît alors derrière lui pour l’emmener dans la prison sous la terre.

(à suivre)

©Priss

Bye-Bye car jeunesse roman


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up