menu Menu
Bye-Bye Car, Chapitre dix-sept
Par Priss Publié dans Histoires Jeunesse sur 13 mai 2020 Un commentaire 5 minutes de lecture
Cavalier du Dragon Précédent Bye-Bye Car, Chapitre seize Suivant

Chapitre dix-sept, après avoir découvert l’état du Pays Troll, BarJ part dare-dare chez l’Elue qui fait de drôles d’expériences. Pour relire le chapitre seize, c’est ici

Bye-Bye Car, chapitre dix-sept

La Bye-Bye Car a atterri sur le mont Perlin. BarJ se poste sur le Rocher Chuchoteur puis appelle doucement l’Enchantée Elue. Après quelques minutes d’attente, son nuage personnel apparaît dans le ciel. Le petit cumulus zigzague un peu de-ci de-là, puis reprend sa course en direction de BarJ. Mais il est vide ! constate celui-ci.

— Que se passe-t-il ? interroge-t-il tout haut.

La seule réponse qu’il obtient est une pluie qui s’abat sur lui. BarJ est trempé.

— Merveilleux, gémit l’Enchanté. Allons, conduis- moi à l’Enchantée Elue.

Le nuage repart tant bien que mal suivi de BarJ dans sa voiture. Construite de pierres noires et surmonté d’un toit d’herbes folles, la maison de l’Élue se dresse toute petite au milieu du gigantesque cratère d’un volcan endormi. La Bye-Bye Car se pose avec précautions entre les pierres de lave, et BarJ s’avance prudemment vers la porte qui s’ouvre devant lui. A l’intérieur, un feu sans fumée brûle dans la cheminée. Il fait très chaud, pourtant dans un coin l’Enchantée Elue s’est enroulée dans des couvertures. Elle chantonne en se balançant. De l’autre côté, BarJ voit avec stupeur des récipients, des alambics et un drôle de gaz rose qui s’en échappe. Il s’avance vers le plan de travail où est posé le matériel. L’air est lourd, l’odeur douceâtre, les murs de la maison commencent à tanguer autour de lui. Sa tête tourne. Il réussit à s’agripper à la table mais s’agace  de se retrouver les mains dans une drôle de mélasse: Berk, ça colle les mains, mais qu’est ce qui se passe ici ?

BarJ commence à rêver, de sa voiture, des Fagoulins. Il rêve qu’il tombe dans le lac Troll qui est devenu tout rose, quand soudain il se fait arroser. Ayant ouvert les yeux, il reconnaît le nuage de l’Enchanté Elue qui pleut au-dessus de sa tête.

— Encore !

Puis, il réfléchit :

— Merci mon vieux, j’en avais besoin.

Fier du compliment, le nuage fait une pirouette, puis va pleuvoir sur l’Enchantée Elue qui ne réagit pas. Le cumulus devient tout gris. BarJ le rassure :

— Ne t’inquiète pas, je m’en occupe. Porte, Fenêtres, ouvrez-vous en grand et surtout restez-y, ça va secouer.

Toutes les ouvertures lui obéissent.

— Bourrasque, à toi de jouer.

Le vent se lève dans la maison, tout valdingue à l’intérieur. Surpris, le nuage est entraîné à l’extérieur, les portes et fenêtres résistent vaillamment en claquant. Trempé, frigorifié, BarJ les encourage :

— Tenez-bon !

Dans l’unique pièce de la chaumière, tout est sens dessus-dessus. BarJ qui n’avait rien noté jusque-là, remarque que l’atmosphère s’éclaircit. Bourrasque se calme. Tout redevient tranquille. Dans son coin, l’Enchantée Elue bafouille :

— B…BarJ

Enfin, elle a remarqué ma présence. C’est un progrès, se dit celui-ci. Mais pour le moment, il a vraiment trop froid car la cheminée s’est éteinte sous la bourrasque.

— Fermez-vous.

Les fenêtres obéissent mais pas la porte. BarJ fronce les sourcils :

— Allons !

Le battant s’ouvre et se ferme comme pour le narguer jusqu’à le nuage revienne.

— Te voilà toi !

La porte se ferme enfin. BarJ farfouille ses poches pour en sortir une fiole d’eau de POUAH. Il en dépose une goutte sur la bouche de l’élue.

— Pouah, berk, s’exclame-t’elle.

Le nuage s’approche de sa maîtresse qui lui sourit. Tout content de la voir redevenir elle-même, il décide d’envelopper BarJ pour le remercier. Contre toute attente, le nuage est bien chaud. L’Enchanté  a l’impression d’avoir enfilé son manteau d’hiver préféré. Pendant ce temps, l’Enchantée Elue se lève. Dans l’âtre, elle remue les cendres, remet une bûche, le feu redémarre à son ordre :

— Feu.

Elle se tourne vers BarJ :

— Merci BarJ…J’ai fait des expériences dangereuses avec des fleurs.

BarJ réchauffé par le nuage et le feu, repousse le nuage dans un coin.

— Oui, est-ce que ce serait ces fleurs-là par hasard ?

Il trace dans l’air des formes, une image de Fleur-à-Baba apparaît.

— Si. Tu les as vu aussi ? Où ça ?

— Chez les Trolls qui les obtiennent des Fagottins contre de la main d’oeuvre. Mais et vous ?

— Chez les Gnomes…j’y suis allée enquêter à la demande du Prince des Ecureuils. Ses sujets se battaient à mort pour des raisons futiles ou bien devenaient complètement fous. J’ai découvert des restes de ce plantes dans plusieurs de leurs trous situés dans l’ancien territoire des Gnomes.

— Tout s’explique. Il y’a autre chose, chez les Fagottins, j’ai aussi découvert un camp de travail ou plutôt une usine à l’odeur absolument infecte mais avec une touche de caramel…

L’Enchantée Elue est stupéfaite.

— Un ou une Enchantée alors ?

BarJ hoche la tête. Tous deux se taisent, pensant à la même chose : est-ce que quelqu’un parmi eux a déclenché toutes ces horreurs ? 

(à suivre)

©Priss

Bye-Bye car jeunesse roman


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up