menu Menu
Bye-Bye Car, chapitre deux.
Par Priss Publié dans Histoires Jeunesse sur 28 mars 2020 3 Commentaires 4 minutes de lecture
Bye-Bye Car, chapitre Trois. Précédent Bye-Bye Car Suivant

Bonjour,

Bienvenue dans chapitre deux de Bye-Bye Car, si vous désirez lire le premier cliquez ici.

Bye-Bye Car, chapitre deux

— Fagoulins, sinon rien ! Fagoulins, sinon rien !

À Genessépa, la foule en extase devant la Généralissime en chef martèle (ça veut dire que l’on dit ou crie les mots comme des coups de marteau), martèle donc la devise du pays avec ferveur. Grimpé sur un gros rocher en forme de nez rond, Généralissime fait à présent signe aux Fagoulins de baisser d’un ton, sinon ils ne pourront pas entendre le fabuleux discours qu’elle a préparé avec tant de peine. Généralissime est une Fagouline à long poil roux. Une feuille de Balalier mauve attache ses longues oreilles en une belle boucle. Des médailles récompensants ses exploits ornent sa tenue militaire jaune qui est impeccable. Bref la Généralissime comme tous les militaires Fagoulin.e.s a la classe à Dallas (sauf que Dallas n’existe pas chez les Fagoulins). Elle met ses lunettes, prend son cahier à discours, le porte au niveau de ses yeux puis se racle la gorge. Elle inspire un bon coup et commence à lire avec fierté le fameux discours : 

— Fagoulines

Les Fagoulines crient de joie.

— Fagoulins

Les Fagoulins crient de joie à leur tour.

— Compatriotes, nous devons nous une nouvelle fois nous défendre contre les harceleurs.

La foule se tait, car personne ne sait ce qu’est un harceleur. Les Fagoulin.e.s sont bien embêtées ? De quoi-parle-t-elle ?

Une petite voix fend le silence (imagine un coup d’épée dans un gros nuage de silence) :

— Maman, qu’est-ce que c’est des harceleurs, je croyais que nos ennemis étaient les Fagottins.

Généralissime se gratte l’oreille gauche attachée dans sa boucle. Un peu énervée, elle répond :

— Pakar, ce n’est pas le moment !

— Mais on n’a rien compris.

— T’es vraiment trop bête parfois. Je parle bien sûr des Fagottins. Ce sont eux nos harceleurs !

— AAAAAhhhh, d’accord, fait en chœur la foule des Fagoulins qui n’avait effectivement rien compris

Puis, réalisant ce que venait de dire la Généralissime, les Fagoulins hurlent de rage à présent :

— RAAAAAAAAHHHHHHHH, OUUUUUU

Après que ses nombreux raclements de gorges ont rappelé la foule à l’ordre, la Généralissime reprend finalement son discours.

— Je lance donc la conscription…

Silence chez les Fagoulins certains se tournent vers le voisin : « éh, pssst tu sais ce que c’est toi la conscription ? Non et toi ? Non plus. C’est quoi ? C’est dur à dire en plus. De quoi ? La cons-crip-tion ? Ah ça oui c’est difficile à dire… ». Bref le brouhaha s’installe. Généralissime soupire puis réclame le silence avec de grands gestes :

— Je disais donc : tous les Fagoulins ou les Fagoulines en âge de se battre et ayant leur certificat de Défense du Pays Fagoulin sont priés de se présenter au camp militaire au plus tard à la prochaine rosée matinale. (Ça veut dire juste après le lever de soleil). Nous partirons ensuite pour la Brèche!

Le brouhaha reprend de nouveau: « encore la guerre, la Brèche, y en a marre d’être toujours dessus. Nous n’avons qu’à la remplir, la Brèche nous fatigue, ça fait mal la guerre, faites des nœuds pas la guerre, etc. ». Personne n’a envie. Mais Généralissime parvient à galvaniser la foule des Fagoulins en criant :

— Fagoulins sinon rien ! Fagoulins sinon rien ! Fagoulins sinon rien !

La foule reprend en chœur la devise. Tout le monde est très fier d’être Fagoulins, et à bas les vilains Fagottins !

 Dans le vacarme ambiant, personne n’entend la petite voix de Pakar qui pleure, car ses parents vont le laisser seul une fois de plus.

(à suivre)

©Priss

Bye-Bye car jeunesse roman


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

  1. Comme j’aimerai avoir encore 8-10 ans !
    Belle lecture et moment agréable.
    Style agréable, les personnages défilent dans ma tête comme dans un film. De l’humour. De la fantaisie qu’une mère-grand peut apprécier
    autant que ses petits enfants.
    Bonne continuation, Priss. Et a bientôt pour la suite de votre trésor.
    Une nouvelle lectrice.

  2. Comme j’aimerai avoir encore 8-10 ans !
    Belle lecture et moment agréable.
    Style agréable, les personnages défilent dans ma tête comme dans un film. De l’humour. De la fantaisie qu’une mère-grand peut apprécier
    autant que ses petits enfants.
    Bonne continuation, Priss. Et a bientôt pour la suite de votre trésor.
    Une nouvelle lectrice.

keyboard_arrow_up